Othmane Taleb

Othmane Taleb

La Maison de la Plage expose hors les murs

Living motion
La transhumance, du latin trans (de l'autre côté) et humus (la terre, le pays).

Ce concept dans son application actuelle fait référence à une migration ponctuelle d’un groupe d’individus de la plaine vers la montagne ou de la montagne vers la plaine, une sorte de ballet humain entre deux espaces, sans pour autant qu’ils soient pour l’un ou l’autre, l’origine ou la destination de ce mouvement « vivant » ou « living motion ».
La circulation, le mouvement, poussé par des facteurs externes à se déplacer et déplacer ainsi tous les liens socio-économiques qui relient un chacun a sa terre natale.
Dans notre époque contemporaine, tout le monde cherche un refuge, réel ou imaginaire (mirage d'un espoir rêvé). En transposant ce principe aux réalités migratoires contemporaines, je décale la réalité des personnages vers un lieu imaginaire, ou ne subsistera que la trace de leurs passage éphémère vers un paradis symbolique.
Des personnages d’époques diverses, sont extrait de leurs contextes respectifs et transposés ainsi dans différents lieux ou la présence humaine reste fugace, en mouvement perpétuel, suggérant ainsi l’éphémère mais aussi un moment figé, tel une stratification « humaine » de plusieurs existences, qui se croisent, se chevauchent et enfin se dénouent chacune vers des horizons / destinations variées.
Je combine les références et symboles du temps passé avec des images d’actualité contemporaine, pour créer une symbiose entre deux temps, deux espaces et deux dimensions émotionnelles.
Au lieu de retrouver un seul moment dans le temps, ou une capture d'une expérience particulière, je suggère une nouvelle réalité parallèle et multidimensionnelle.
Ces tracés de lumière enregistrent le mouvement par rapport au lieu soulignant le chemin d’un parcours au fil du temps.
Lieu : DAR KHEIREDDINE (club de la banque de Tunisie)